Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, a échangé ce lundi 1er octobre 2018 au Palais du peuple avec les membres du Gouvernement. Notamment, le Premier ministre Bruno Tshibala, le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henry Mova Sakanyi, et les ministres de la Défense nationale Crispin Atama Tabe, des Finances, du Budget, des Affaires sociales, etc. Ce, à la suite des séances de travail qu’il a eues au cours de la semaine dernière avec ses collègues députés nationaux membres des Caucus des parlementaires des provinces de l’Est de la République, sur la situation d’insécurité qui prévaut dans cette partie du pays.

La situation d’insécurité récurrente qui prévaut dans la partie Est de la République démocratique du Congo préoccupe au plus haut point les autorités du pays. Et surtout les députés nationaux des provinces meurtries. C’est ainsi que toute la semaine dernière, les caucus des parlementaires des provinces de l’Est de la République se sont mobilisés pour rencontrer le président de l’Assemblée nationale et échanger autour de cette question.

A cet effet, Aubin Minaku Ndjalandjoko a eu des séances de travail consécutivement avec différentes délégations des Caucus des parlementaires de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Maniema. Toutes ces délégations ont donc sollicité l’implication du speaker de la Chambre basse du Parlement, pour une intervention prompte de l’exécutif national face à cette problématique, afin de soulager la souffrance de populations et électeurs de l’Est du pays.

C’est suite à ces séances de travail que le premier des députés nationaux a invité les membres du Gouvernement pour une réunion interinstitutionnelle Assemblée nationale – Gouvernement afin d’échanger sur cette épineuse question d’insécurité permanente dans l’Est de la République. Laquelle a réuni le bureau de l’Assemblée nationale, les Caucus des parlementaires des provinces de l’Est de la République, le Premier ministre Bruno Tshibala, le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henry Mova Sakanyi, et les ministres de la Défense nationale, des Finances, du Budget, des Affaires sociales, etc.

Présidée par le speaker de la Chambre basse du Parlement Aubin Minaku, cette réunion interinstitutionnelle a débouché sur des recommandations des caucus des parlementaires des provinces de l’Est, dont la mise en place d’un groupe de travail sur la question. Ce groupe de travail a été constitué, séance tenante, au cours de cette réunion, devra sur la question et descendre sur terrain pour d’éventuelles dispositions utiles et nécessaires.

Au sortir de cette réunion, le Vpm Henry Mova Sakanyi a confié à la presse que « Ça valait la peine. La situation est très préoccupante. Il fallait bien que les honorables députés de la représentation nationale soient mis au courant de ce que le Gouvernement fait concrètement sur le terrain dans les zones où l’instabilité a sévit. A savoir, à Beni et dans l’Ituri, plus particulièrement à Djugu. Ils nous ont conviés dans une séance d’approfondissement avec le Premier ministre qui nous fait l’honneur de l’accompagner, moi-même, mes collègues du Budget, des Finances, de la Défense, etc. »

A en croire le ministre de l’Intérieur et Sécurité, les membres du Gouvernement ont dû donner toutes les informations nécessaires à la représentation nationale « pour des questions aussi délicates qui ne peuvent pas être traitées en plénière, autant à la dimension stratégique, au plan tactique, mai aussi au plan opérationnel. C’est une question qui nécessite qu’à même une certaine discrétion ».

Les députés nationaux ont formulé des recommandations, a affirmé Henry Mova. « Nous en prenons acte. La principale recommandation est la mise en place d’un groupe de travail qui va approfondir dans les jours qui viennent, la question. Afin de descendre sur le terrain pour trouver des solutions durables à cette question récurrente de l’instabilité à Beni et dans le territoire de Djugu en Ituri », a rassuré le Vpm.
Ce groupe de travail, a-t-il expliqué le ministre de l’Intérieur, va maintenant mettre en place tous les éléments. « Mais déjà sur place nous avons ceux qui opèrent au quotidien, comme le Chef d’Etat-major général des Forces armées de la Rdc qui est à Beni depuis une semaine. Et cela nous permet d’avoir des éléments de gestion de la situation. Parce qu’il ne faut pas gêner les opérations militaires en même temps que nous allons annoncer la démarche politique d’une approche plus globale qui implique le plus d’acteurs possible. Parce que ces questions ne peuvent pas se régler que militairement », a-t-il indiqué.

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, le professeur Henry Mova Sakanyi, estime enfin que l’essentiel étant le retour de la paix dans cette période préélectorale. « Il faut absolument qu’on ne dérange pas la continuation de l’électorat congolais. C’est un des objectifs… Mais nous nous en tenons à ce que tout se passe convenablement afin que le peuple se décide de désigner ses dirigeants », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *