Partager
  • 41
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    41
    Partages

Dans une interview accordée à l’équipe de KARISMADIRECT.Net, Bertin Mubonzi, responsable de la jeunesse de l’Union pour la Nation Congolaise pour la ville province de Kinshasa, est revenu sur la tenue du meeting des leaders de l’Opposition Congolaise, prévu le samedi 29 septembre à l’esplanade du boulevard Triomphale mais également sur le choix du candidat commun de l’Opposition

KARISMA : Bertin Mubonzi, vous êtes le responsable de la jeunesse de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) parti cher à Vital Kamerhe pour la ville province de Kinshasa, dites-nous, à un jour de la tenue du grand meeting de l’opposition prévu samedi 29 septembre, comment la jeunesse kinoise de votre parti se prépare pour prendre part à ce grand Rendez-vous?

 

Bertin MUBONZI: Toutes nos fédérations, signalons que nous en avons 28 dans la Ville de Kinshasa, sont en alerte. J’ai personnellement, ensemble avec les membres de mon bureau, non seulement visité les jeunes dans toutes ces fédérations mais aussi et surtout mis sur pied un comité actif et dynamique de 30 membres dans chacune de nos fédérations. Les réunions se tiennent, de porte à porte afin de permettre à ce que la jeunesse de l’UNC Kinshasa soit toujours présente quand il le faut.

K.M : Quelle est la particularité de ce Meeting?

B.M : Vous savez, la lutte politique est une question de rapport de force. Au delà de l’unité de l’opposition Congolaise tant que souhaite le peuple qui est en même temps un horrible cauchemar pour le pouvoir finissant de Monsieur Kabila, cette unité sera bien sûre observée lors de ce meeting où nous aurons sur le même podium tous les leaders de l’opposition Congolaise. ce meeting sera aussi pour nous de l’opposition une occasion pour passer un message clair a la Ceni et à Joseph Kabila. Nous sommes prêts pour les élections du 23 décembre. Cependant, il est encore temps que toutes les dispositions se prennent pour éviter de ne pas avoir des élections libres, transparentes et apaisées

K.M : Croyez-vous que ce mariage entre vos leaders est basé sur la confiance, la sincérité et durera ?

B.M : Nous sommes en politique cher journaliste. Nous ne sommes pas dans une histoire d’amour ou de romantisme. Nos leaders sont porches du peuple et ce peuple demande qu’ils se mettent ensemble pour lui garantir la victoire aux élections du 23 décembre 2018. Ainsi dit, ils n’ont pas un autre choix que de faire ce que le peuple demande. Cependant, politiquement ils sont mieux placés pour analyser les contours, arrondir les angles et lever l’option, celle d’une unité dans la diversité.

K.M : La démarche de vos leaders est une conspiration contre la nation. Ainsi disent certains de vos adversaires politiques. Que répondez vous?

B.M : Prince Muelela, sachez que la peur a changé de camps, cher ami. Surtout quand vous êtes face à un regroupement des vautours, dont le bilan est largement négatif et dans lequel celui qui a été désigné comme candidat qui devra faire face à celui de l’opposition, ne fait pas le poids.

K.M : Actuellement, qui est le leader de l’Opposition en qui la population doit absolument faire confiance?

B.M : Si dans ma casquette de Président des jeunes UNC Kinshasa, j’avais le droit de choisir, je veux sans aucune hésitation dire que mon président Vital Kamerhe est le choix de la raison et mérite la confiance du peuple. Mais, en restant dans la logique de la démarche en cours, nous attendons connaitre celui qui sera désigné par eux-mêmes comme candidat commun de l’opposition pour pouvoir le soutenir. Mais je souhaite que ça soit Vital Kamerhe, car le bon choix du candidat commun est vital. L’avenir de toute une nation en dépend.

K.M : Merci Bertin Mubonzi d’avoir répondu à nos questions.

B.M: C’est à moi de vous remercier.

 

 

Propos recueillis par Prince Meji Muelela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *